Le renoncement aux soins des publics précaires en Auvergne