Accueil MSH-Alpes

Un chiffre par mois

Pendant le confinement de mars à mai 2020, 60% des personnes interrogées dans l'enquête de l'Odenore et de l'Assurance maladie disent ne pas avoir réalisé à leur initiative au moins un soin dont elles avaient besoin. Le nombre moyen de professionnels non consultés et/ou d'actes non réalisés s'élève en moyenne à 2 par enquêté. 39% de l'échantillon composé de plus de 7 000 répondants indique avoir renoncé ou reporté une consultation de médecin généraliste. Viennent ensuite les consultations de spécialistes (25%), les soins dentaires (23%) et les actes de biologie et/ou d'imagerie (15%).

Le dessin du mois

[

 

Bienvenue sur le site de l'Observatoire des non-recours aux droits et servicesEnglish

Version imprimable

Les premiers résultats de l'enquête de l'Odenore et l'Assurance maladie, en partenariat avec le Laboratoire HP2 et la Société VizGet, sur "l'accès aux soins pendant le confinement" sont disponibles.

POUR TELECHARGER LE RAPPORT, C'EST ICI.

Appel à témoignages : vous pouvez encore participer !

destiné aux intervenants professionnels ou associatifs des politiques sociales et de la santé 

"LES EFFETS DE LA CRISE  DU COVID 19 SUR L'ACCÈS AUX DROITS ET AUX SERVICES"

Descriptif de l'appel

Déposer votre témoignage

LES TEMOIGNAGES RECUS ONT ETE MIS EN LIGNE SUR LE SITE.


Qu'est-ce que le non-recours ?

La question du non-recours renvoie à toute personne qui ne reçoit pas – quelle qu'en soit la raison – une prestation ou un service auquel elle pourrait prétendre. Son approche s’élargit aujourd’hui à une diversité de domaines d’intervention. Entre non connaissance, non orientation, non proposition, non réception et non demande, les situations de non-recours interrogent l’effectivité et la pertinence de l’offre publique, et représentent un enjeu fondamental pour son évaluation.

 

Quelques vidéos/reportages


Odenore

Issu d'une recherche exploratoire sur le non-recours aux services de l'Etat, le constat d'un manque d'outils de mesure et de connaissance a conduit à construire un dispositif d'observation.

Labellisé en Juin 2002 par le réseau France Qualité Publique, Odenore a été créé officiellement en mars 2003 comme dispositif du laboratoire PACTE à l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble où il participe dès 2012 à la thématique "Questions Sociales & Inégalités".

En janvier 2009, Odenore a été créé comme Equipe de Recherche Technologique par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (actuellement vers un nouveau dispositif de travail en constitution en lien avec le CNRS).

Installé à la Maison des Sciences de l'Homme-Alpes, il anime l’axe « Réception des Politiques par les Publics ». Il a initié le programme NOREDS, soutenu par l'INSHS du CNRS et le Réseau National des MSH, dont l'objectif est de construire une plateforme d'accès aux données et aux ressources concernant le non-recours aux droits et aux services. Il est membre du collectif "SOIF de connaissances".

 


 

Vient de paraître

Bourgois, Louis. "Entre exception et accès au droit commun : les deux faces des politiques locales des bidonvilles." In Le gouvernement des solidarités. Enjeux socio-politiques et territoires d’action. Au fil du débat. Etudes. Berger Levrault, 2020.
H.Revil, and P. Warin. "Le numérique, le risque de ne plus prévenir le non-recours." L'avenir du numérique dans le champ social et médico-social, no. 28 (2020): 121-133.
Warin, Philippe. "La cohésion sociale annonce-t-elle la mort de la solidarité nationale ?" In Le gouvernement des solidarités. Enjeux socio-politiques et territoires d'action . Au fil du débat Etudes. Berger Levrault, 2020.