Comment le non-recours redéfinit l'usager