La réalité du non-recours aux droits et aux soins