Pourquoi le non-recours ?