Présentation

L'ODENORE, ou Observatoire des non-recours aux droits et services, est un observatoire de l'Université Grenoble-Alpes qui a pour but d'observer, d'analyser et de diffuser des connaissances relatives aux non-recours dans les domaines des prestations sociales, de la santé, de l’insertion sociale et professionnelle, de l’autonomie, de la médiation sociale, des déplacements, de la lutte contre les discriminations, etc.

L’Observatoire a fait du non-recours aux droits sociaux fondamentaux un objet d’étude mais également une grille d’analyse des politiques publiques et des transformations des systèmes de protection sociale et de santé. Ce faisant, son objectif est d’éclairer, de manière originale, les reconfigurations des solidarités et des prises en charge en santé, en particulier en France, et d’en saisir les conséquences en termes d’inclusion, mais également de citoyenneté.
 

La Chaire Publics des politiques sociales

L'ODENORE dispose également d'une Chaire. La chaire « PUBLICS des politiques sociales » est une chaire de recherche en sciences humaines et sociales portée par la Fondation UGA et rattachée à Pacte, laboratoire de sciences sociales (UMR 5194). Elle a été créée par des jeunes chercheurs membres de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore). Cette chaire cherche à contribuer au développement des recherches sur les relations entre l’offre sociale et ses destinataires, avec une attention particulière aux publics des politiques de lutte contre l’exclusion.

chairepublics.png

Nos missions

  • Observer des situations de non-recours, mesurer leur importance, caractériser les populations concernées, enquêter sur les causes.
  • Analyser les limites de l’intégration sociale par les politiques publiques au regard des phénomènes de non-recours.
  • Diffuser les connaissances, les données et les méthodes d'identification et d'évaluation du non-recours.
  • Accueillir la réalisation de stages, de mémoires de Master et de recherches doctorales ; servir de support à des séjours scientifiques dans le cadre de collaborations internationales.


Axes de questionnement

  • Pourquoi des individus ou des populations ne recourent pas, volontairement ou non, à l’offre publique.
    Que ce soit dans des rapports directs aux services prestataires (services publics, associations, entreprises), à des acteur.rice.s intermédiaires (organisé.e.s ou non organisé.e.s) ou dans la participation à des actions collectives soutenant l’accès aux droits.
  • Pourquoi et comment les institutions se saisissent des phénomènes de non recours à l’offre publique. Renouvellement du contenu de l’offre publique et organisation spatiale des pratiques sociales (autour de logiques de contrat, d’incitation et de responsabilisation, de proximité, d’accessibilité et de mobilité) ; développement d’outils de connaissance des phénomènes de non-recours ; mise en œuvre de dispositifs d’information, d’expression de la demande sociale, de (re)mise en capacité des individus, de lutte contre les discriminations, de construction d’intérêts collectifs.